Accueil > Actualités > Raymond Gurême, figure historique des Tsiganes nous a quittés.

Raymond Gurême, figure historique des Tsiganes nous a quittés.

jeudi 28 mai 2020, par Maud

Raymond Gurême était l’un des rares survivants d’une page occultée de l’histoire de France : celle de lʼinternement sur le sol français de familles « nomades », de 1940 à 1946.

Figure historique de la communauté tsigane de l’Essonne, il était le dernier survivant des « Nomades » internés au camp de Linas-Montlhéry. Il est rescapé des camps en France puis aussi en Allemagne pendant la 2ème Guerre Mondiale.

Né en 1925, Raymond Gurême, après des décennies de silence, avait pu prendre la parole à partir de 2010, année du 70ème anniversaire de l’internement des nomades où un mouvement de reconnaissance avait pris de l’ampleur.

Il a su toucher des publics très divers en racontant avec dignité les souffrances des siens – des forains, des Voyageurs, des roulottiers, trop souvent traités comme des moins-que-rien, des « voleurs de poule », des « étrangers de l’intérieur » pendant les années de guerre. Sous la gouaille, une révolte intacte, prête à se réveiller à la moindre injustice. Les politiques n’ayant jamais abandonné la technique séculaire du bouc-émissaire, les Voyageurs restent les citoyens français les plus discriminés. Quelque 400.000 Français voient leurs droits quotidiennement bafoués.

La publication en 2011 de son livre « Interdit aux nomades », écrit avec Isabelle Ligner a apporté un magnifique éclairage en témoignage de sa vie. Il a donné de nombreuses conférences et est intervenu dans des écoles, des collèges, des lycées.

Depuis, son combat pour la résistance contre les injustices et contre l’antitsiganisme n’avait fait que s’amplifier. Son engagement, son humanité, ont redonné à toutes et tous, Voyageurs, Gadjé et jeunes militants de Résistance Rromani en Europe pour la justice, une force incroyable.

Raymond Gurême, bien conscient des difficultés qu’auront à affronter ses descendants, avait décidé de parler, pour témoigner d’abord, pour dénoncer ensuite, pour résister, enfin, aux discriminations toujours vives à l’égard des Voyageurs.

C’est une figure importante et un grand témoin qui nous a quittés.

Paris le 28 mai 2020

Portfolio