Accueil > Actualités > Le MRAP salue la condamnation de « Valeurs Actuelles » face à Danièle (...)

Le MRAP salue la condamnation de « Valeurs Actuelles » face à Danièle Obono

lundi 4 octobre 2021, par Maud

Le MRAP salue la condamnation, prononcée le 29 septembre 2021, par la 17e chambre du Tribunal correctionnel de Paris contre « Valeurs Actuelles ». L’hebdomadaire d’extrême droite – déjà condamné en 2015 pour diffamation et provocation à la haine envers les Roms – a été reconnu coupable d’injure publique raciste à l’égard de Danièle Obono.
En août 2020, le magazine avait publié un article nauséabond présenté comme une « politique-fiction » et ayant pour titre « Obono l’Africaine », dans lequel la députée était dépeinte en esclave et renvoyée à sa couleur de peau. Plusieurs dessins accompagnaient le texte et représentaient Madame Obono avec des chaînes autour du cou.

Le directeur de publication de « Valeurs Actuelles », renvoyé devant le tribunal comme auteur de ce délit, ainsi que le directeur de la rédaction et le rédacteur de l’article infâme, jugés pour complicité, ont été condamnés à une amende de 1 500 euros chacun et à verser solidairement 5 000 euros de dommages et intérêts à Danièle Obono.

Représenté dans cette affaire par son avocate, Maître Kaltoum GACHI, qu’il remercie, le MRAP s’était évidemment constitué partie civile aux côtés de la victime et ne peut que se réjouir de cette décision ô combien bienvenue au regard du climat ambiant détestable, marqué par la recrudescence des discours racistes.

Le MRAP est fier d’avoir pu contribuer à cette condamnation et approuve pleinement la motivation des juges, qui ont balayé les arguments fallacieux soulevés en défense par les trois responsables du torchon d’extrême droite. Dans son jugement, le tribunal a ainsi rappelé que le droit à la liberté d’expression s’arrête là où commence le rejet de l’autre et que la satire ou « le caractère clivant d’une personnalité politique ne peut être de nature à justifier les injures à caractère raciste qui seraient proférées à son endroit ».

Paris, le 4 octobre 2021