Accueil > Le MRAP > Les éditos > Édito du mois de mai

Édito du mois de mai

mercredi 29 avril 2020, par Renée Le Mignot co-Présidente

Avec l’épidémie de coronavirus l’humanité est en train de vivre une véritable catastrophe. En ces moments difficiles le MRAP pense plus particulièrement à toutes celles et ceux qui ont perdu un proche, aux personnels soignants qui chaque jour risquent leur vie pour sauver des malades et que le gouvernement a refusé d’entendre quand ils tiraient la sonnette d’alarme, au personnel des EPHAD, aux caissières, aux éboueurs, aux bénévoles qui poursuivent, malgré tout, leur mission de solidarité….

Il pense aux migrants, à ceux des centres de rétention que le gouvernement n’a pas voulu fermer, à ceux des foyers qui ne peuvent être confinés.

Il pense aux Roms privés d’eau, de nourriture et qui, bien sûr, ne peuvent pas être confinés.

Il pense aux sans domiciles : comment « restez chez soi » quand on n’a pas de chez soi ?

Il pense aux peuples victimes des guerres qui n’ont pas cessé malgré l’appel de l’ONU à un cessez le feu général, syrien, kurde, palestinien…

Il pense à l’Afrique qui n’a ni les moyens de confiner ni ceux de faire face à l’épidémie.

Il pense aux peuples indigènes.

Il dénonce les blocus criminels qui n’ont pas été levés malgré l’épidémie (Gaza, Cuba dont il salue les médecins partis lutter contre l’épidémie en Italie, en Afrique, …

Il dénonce la recrudescence de racisme et la résurgence de préjugés et de fantasmes d’un autre âge : Il rappelle avec force : le virus n’a ni couleur, ni nationalité, ni origine ethnique !

L’épidémie a mis en lumière les inégalités sociales, territoriales, mondiales que le MRAP dénonçait : en France, la Seine-Saint-Denis est l’un des départements où il y a le plus de morts parce que c’est le département le plus pauvre, où il y a le moins de médecins (3 fois moins de médecins qu’à Paris), parce qu’il y a beaucoup de personnes mal soignées, mal logées.

Aux Etats-Unis, les Noirs sont plus durement frappés : en Louisiane, 70% des morts sont Noirs, dans l’Illinois, les Noirs représentent 14% de la population mais 42% des décès de l’épidémie. A Chicago, c’est 72% des morts, alors qu’ils représentent moins d’un tiers des habitants. Non, le virus n’est pas raciste ! Les quartiers pauvres et noirs ont moins de médecins et des hôpitaux de moindre qualité. Les patients noirs se voient prescrire moins d’examens. « Nous savons que les Noirs sont plus susceptibles d’avoir du diabète, des maladies du cœur et des poumons », a dit mardi le médecin en chef des Etats-Unis, Jerome Adams. Beaucoup d’Américains noirs n’ont pas le privilège de pouvoir se confiner.

Il espère que cette tragédie fera prendre conscience de l’urgente nécessité de lutter contre les désordres mondiaux : guerres, climat, misère, inégalités…..

Renée Le Mignot, co-présidente